Retour

Le mont Gerbier de Jonc : le berceau de la Loire

L’Ardèche a de quoi être fière de son patrimoine naturel. Le plus beau de ses joyaux, c'est le mont Gerbier de Jonc. Une ascension au sommet de ce suc s’impose pour profiter d’une vue imprenable sur les terres volcaniques du Massif Central.
La Loire est connue pour être le plus long fleuve de France, mais l faut savoir que son berceau est en Ardèche. C'est plus précisément le Gerbier de Jonc qui fournit les trois sources à l'origine de la Loire. Sommet emblématique de la région, sa formation géographique date d'il y a 8 millions d’années. Il devient un site classé à partir de 1933. Le Mont Gerbier de Jonc est reconnaissable par sa forme de cône typique des volcans. Éteint depuis plusieurs siècles, il domine pratiquement le Massif central du haut de ses 1551 mètres.
L'origine étymologique du Gerbier de Jonc est incertaine, mais elle viendrait de deux mots pré-celtiques : Gar qui signifie "rocher" et Jugum pour "montagne". On remarquera au pied du dôme du mont Gerbier de Jonc un écoulement basaltique qui repose sur un socle cristallin. Ce phénomène naturel séduit par sa forme et sa diversité naturelle et sauvage, mais c’est surtout ce qui explique l'origine de la Loire.
L’ascension jusqu’au sommet se fait par un sentier balisé facilement accessible en été. Depuis son point culminant de 1551 m d’altitude, une vue à 360° vous attend. Prenez garde lors de la descente, car la piste est plutôt raide.
Le célèbre fleuve de la Loire effectue un long trajet sur 1013 km en France en prenant sa source en Ardèche, à Sainte-Eulalie, juste au pied du mont Gerbier de Jonc. Ce dernier est comme une « pomme d’arrosoir » qui alimente en eau non seulement le versant sud vers l’Atlantique (via la Loire), mais aussi le versant nord vers la Méditerranée (via le Rhône). Parmi ses multiples sources, les trois les plus notoires sont la source géographique, la source authentique et la source véritable. Elles jaillissent du Gerbier pour donner naissance au fleuve sauvage de la Loire.

Le Mont Gerbier de Jonc et ses particularités

Le Mont Gerbier de Jonc jouit d’une situation géographique exceptionnelle et profite d’un climat favorable au développement de la faune et la flore, dont la plupart sont des espèces menacées. Issue d’une formation volcanique, la forme spécifique du Gerbier vient de la texture épaisse de la lave qui, à des températures de 600°C à 800°C, n'a pas réussi à s'écouler du cratère. Il s’agit d’un dôme formé progressivement à partir d’une montée de magma sur les failles et les bris du socle. Au fil de sa croissance, la lave se refroidit et devient friable, ce qui occasionne la formation de larges et profondes fissures. Le dôme du sommet offre un point de vue incontournable sur des paysages exceptionnels à perte de vue sur les Alpes, les Boutières, les Cévennes et la vallée du Rhône.
Les trois sources de la Loire proviennent d’une nappe phréatique qui se trouve sous le Mont Gerbier. L’eau surgit de la terre en plusieurs endroits avant que les ruisseaux se rejoignent pour alimenter le fleuve et descendre la vallée. Ce suc phonolitique se situe entre l’océan Atlantique et la mer Méditerranée et est accessible à pied en une trentaine de minutes.

À voir autour du Mont Gerbier de Jonc

L’ascension jusqu’au sommet du Mont Gerbier de Jonc se fait par deux sentiers. On peut alors emprunter un chemin pentu et rocheux pour un aller-retour en 1 h 30. Il existe un autre itinéraire qui est plus long de 3 km, mais qui constitue un passage obligé pour découvrir les fameuses sources de la Loire : « l’authentique », « la véritable » et la « géographique ».
La source géographique provient d’un bac en pierre dans une étable. La source authentique découle d'un aménagement de 1938 par le Touring Club. Enfin, la source véritable se déverse dans un lieu naturel et surgit de terre dans un pré. On y trouve la célèbre pancarte qui indique : « ici commence ma longue course vers l’Océan », car c'est de là qu'est prise la mesure de la longueur de la Loire. En contrebas de ce point d'eau mythique, se trouve un bassin privé.
Il faut aussi savoir que ce site est considéré comme un point de départ pour parcourir un autre sentier de randonnée en Ardèche qui vous mène dans la Vallée du Pradal.
Les randonnées autour de ce site classé permet de découvrir et d’apprécier la beauté de la nature en milieu préservé. Avec ou sans guide, ce lieu est accessible en suivant le balisage. Toutefois, la montée au sommet du suc exige tout de même une bonne condition physique et la prise en compte des conditions météorologiques. L’endroit se prête à d’autres activités sportives, à une promenade à vélo ou à dos d'âne pour explorer les Cévennes et la montagne ardéchoise.
Plus loin, vous pouvez rejoindre d’autres sites spectaculaires comme à Saint-Laurent-les-Bains, Cellier-du-Luc à Montselgues ou à Saint-Étienne-de-Lugdarès.